You are here

Anhar Salem - Révélation Art numérique- Art vidéo 2021 pour "Love & Revenge"

07/10/2021
Anhar Salem - Révélation Art numérique- Art vidéo 2021 pour "Love & Revenge"

Pour la septième année consécutive, l’ADAGP s’associe avec Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains, à Tourcoing, pour récompenser un artiste émergent dans la catégorie Art numérique - Art vidéo.

 

 

L’exposition Panorama #23, rendez-vous annuel de la création au Fresnoy - Studio national des arts contemporains, présente jusqu’au 31 décembre l’ensemble des productions des jeunes artistes étudiants ainsi que celles des artistes professeurs invités.

 

Dans le cadre de cette exposition, les œuvres des étudiants de deuxième année ayant réalisé des œuvres numériques et des vidéos ont été soumises aux délibérations du jury ADAGP.

 

Cette année, le jury, coprésidé par Jean-Michel Alberola (artiste) et Joan Punyet Miró (succession Miró), était composé de Pascal Dombis (artiste), Léonard Martin (lauréat de la Révélation 2017), Pierre Pauze (lauréat de la Révélation 2019), Julie Portier (critique d’art) et Gabriel Soucheyre (directeur du festival Vidéoformes). Il a choisi de récompenser :

 

Anhar SALEM

pour son œuvre « Love & Revenge »

Crédit photo : Anhar Salem

 

« Love & Revenge » explore les pratiques de deux adolescentes saoudiennes sur les réseaux sociaux. Entre poses, selfies et liberté imaginaire, leur désir d’exister s’effondre lorsqu’elles perdent le contrôle de leurs avatars.

 

Pour le jury, « c’est le choix d’un film engagé, réalisé en co-création avec ses jeunes actrices, entre Tourcoing et Jeddah, c’est aussi le choix d’un film qui fait un usage participatif et réflexif des technologies, technologies qui sont le sujet du film. Love and Revenge traite d’un sujet de société, soit la question de l’identité et des corps à l’intersection entre les réseaux sociaux et l’espace public, dans un contexte de forte coercition qui pose autrement le rapport entre vie réelle et virtuelle. »

Le jury a tenu à saluer ici « l’originalité formelle, l’humour, le montage, le rythme soutenu par la musique qui nous emporte comme un drame classique alors même que tous les éléments narratifs et les représentations classiques sont déconstruites, pour ne pas dire déboulonnées ». 

 

 

Anhar Salem est née à Djeddah, en Arabie Saoudite, au début des années 1990. Elle a étudié l'informatique à l’Arab Open University. En tant que graphiste et artiste vidéo, elle arpente/ouvre des espaces publics et privés en les associant à des sujets comme la vie quotidienne, les femmes et les médias sociaux.

 

Elle reçoit une dotation de l'ADAGP de 5 000 euros. Son travail sera également présenté sur les cimaises de l’ADAGP et elle bénéficiera d’un portrait filmé et diffusé sur le site d’Arte.

 

Suivez nous !