You are here

Présentation

Créée en 1953, l’ADAGP est la société française de perception et de répartition des droits d’auteur dans le domaine des arts graphiques et plastiques. Forte d’un réseau mondial de près de 50 sociétés sœurs, elle représente aujourd’hui près de 200 000 auteurs dans toutes les disciplines des arts visuels : peinture, sculpture, photographie, architecture, design, bande dessinée, manga, illustration, graffiti, création numérique, art vidéo…

 

Entrée de l'ADAGP © Vincent Murracciole - Deltalight 

L’ADAGP gère l’ensemble des droits patrimoniaux reconnus aux auteurs (droit de suite, droit de reproduction, droit de représentation, droits collectifs), pour tous les modes d’exploitation: livre, presse, publicité, produits dérivés, enchères, vente en galerie, télévision, vidéo à la demande, sites internet, plateformes de partage entre utilisateurs…

Elle est aujourd’hui devenue, grâce à la richesse et à la diversité de son répertoire, l’une des plus importantes sociétés d’auteurs au monde.

 

 

UNE SOCIÉTÉ CRÉÉE PAR LES AUTEURS

 

L’ADAGP a été fondée en 1953 à l’initiative d’artistes qui entendaient prolonger et renforcer, dans le cadre d’une société d’auteurs, les liens amicaux et professionnels noués dans les salons et associations artistiques au fil des années.

Sous l’impulsion de son premier président, le peintre Marcel Parturier, l’Association pour la Diffusion des Arts Graphiques et Plastiques (ADAGP) accueillit rapidement en ses rangs les plus grands artistes de l’époque (Georges Braque, Bernard Buffet, Alexander Calder, Marc Chagall, le mouvement Cobra, Salvador Dali, Léonard Foujita, Henri Laurens, Pierre Soulages, Joan Miró, Zao Wou Ki, Jacques Villon…) ainsi que de nombreux ayants droit d’auteurs disparus.

En 1986, après l’adoption de la loi du 3 juillet 1985 définissant le cadre juridique applicable aux sociétés de perception et de répartition des droits, l’association est devenue une société civile, rebaptisée pour l’occasion « Société des artistes dans les arts graphiques et plastiques ».

 

 

  

Espaces de l'ADAGP © Vincent Murracciole - Deltalight 

 

UNE SOCIÉTÉ GÉRÉE PAR LES AUTEURS

 

L’ADAGP est une société civile à but non lucratif dont les adhérents (auteurs, ayants droit, cessionnaires) sont également les associés : ils en contrôlent la gestion, en élisent les organes dirigeants, ils décident des orientations stratégiques de la société.

Du fait de son statut juridique, l’ADAGP ne peut pas réaliser de bénéfices commerciaux. L’ensemble des droits perçus sont reversés aux adhérents, après prélèvement des frais de gestion, ou utilisés pour financer, dans le cadre prévu par la loi, l’action culturelle et sociale.

Les frais de gestion prélevés par l’ADAGP couvrent strictement les coûts de fonctionnement nécessaires à l’accomplissement de ses missions.

Le conseil d’administration et le gérant rendent compte chaque année de leur gestion devant les membres de l’ADAGP, réunis en assemblée générale.

 

 

 

LES AUTEURS EN PARLENT

 

« Les auteurs aux nombreuses pratiques créatives et les ayants droits sociétaires de l’ADAGP reconnaissent unanimement sa compétence, son expertise et son immense disponibilité. Ses missions et ses actions forment une entité incomparable ; ce qui fait sa force face un environnement culturel complexe souvent clivant. C’est pourquoi l’ADAGP est incontournable et suscite l’adhésion de nombreux créateurs concernés par le droit d’auteur et la traçabilité de leurs œuvres. Tout est dit sur adagp.fr »

Christian Jaccard, adhérent depuis 1977 et président de l’ADAGP

 

« Les artistes sont généralement isolés et perdus dans tout ce qui concerne leur droit. En adhérant à l’ADAGP non seulement on existe parmi des milliers d’autres créateurs sans frontière mais l’on prend aussi conscience de ce que l’art apporte à la société. L’ADAGP verse des droits d’auteur pour vous et vos ayants droits, vous accompagne dans toutes sortes de démarches juridiques comme les faux artistiques, les contrats etc… l’ADAGP est toujours à votre écoute avec bienveillance vous n’êtes pas seul.

L’ADAGP mène également de nombreuses actions, comme des bourses dans tous les secteurs artistiques et des aides au développement culturel. L’action qui me touche le plus est « Culture(s) de demain » porté par l’expérience de la Fabrique du regard et de l’association La Source. A vocation sociale et artistique, ce programme permet à des enfants de différents collèges de développer leur imaginaire sur un thème donné. Leurs œuvres sont restituées au travers d’une magnifique exposition et font l’objet d’un livre très richement accessoirisé. »

Elizabeth Garouste, adhérente à l'ADAGP depuis 1999, membre du conseil d'administration et membre de la commission Arts Appliqués

 

« C’est important que les plasticiens se fédèrent et acquièrent ensemble un poids juridique plus important. J'apprécie la proximité et la réactivité des conseillers de l’ADAGP. J’aime également qu’un des prix Révélations soit réservé aux livres d’artistes. Ceci est assez rare et permet de découvrir de superbes projets et de récompenser ce champ moins spectaculaire et visible de l’art contemporain. »

Françoise Pétrovitch, adhérente à l’ADAGP depuis 2012 et membre du jury Révélation Livre d’artiste 2020

 

« Il faut adhérer à l'ADAGP parce qu’elle protège l’artiste. Elle fait en sorte que l’artiste ne soit pas isolé. Elle défend l’artiste quand celui-ci est en position de faiblesse et elle joue un rôle de conseillère dans la gestion des droits d’auteur. Collectivement les artistes sont plus forts et l’ADAGP joue ce rôle de liant entre tous les artistes afin que leur voix se fasse entendre mieux. »

Olivier Masmonteil, adhérent à l’ADAGP depuis 2009 et membre du conseil d’administration 

 

« Il ne se passe pas une semaine sans que je conseille à un ami dessinateur d’adhérer à l’ADAGP. D’abord parce que cela permet de toucher deux fois par an des droits collectifs issus de la diffusion de nos images, ensuite parce que cela donne un interlocuteur fiable, pertinent et impartial pour toutes les questions d’ordre juridique. Cette aide est valable en France mais aussi à l'étranger.

En cas de conflit avec un éditeur d’un autre pays sur une question de droits d'auteur, l’ADAGP peut intervenir en mon nom par l’entremise de ses nombreuses sociétés sœurs qui prennent alors le relais dans les négociations. Cela m’est arrivé il y a quelques années, cette aide a été un vrai soutien et a permis la résolution de mon problème. »

Dorothée de Monfreid, adhérente à l’ADAGP depuis 1999 et membre de la commission Livre Jeunesse

 

« Dans une carrière artistique, c’est très important d’être soutenu et suivi. L’ADAGP fait partie des structures qui endossent ce rôle et bataillent pour nos droits. J’ai été particulièrement touché quand l’ADAGP, le CIPAC et la FRAAP ont déposé un recours au conseil d’état pour la réouverture des lieux d’expositions. »

Thibault Brunet, adhérent à l’ADAGP et lauréat de la Révélation Livre d’artiste 2019

 

« L’ADAGP dont la défense des artistes est au cœur même de son activité a sans doute à l’heure de la pandémie un rôle encore plus important à jouer pour faire changer et proposer des nouvelles pratiques au sein d’un système qui a souvent oublié que la rémunération des auteurs devait être un des piliers cardinaux de la création. Par ses débats, ses aides, ses bourses, l’ADAGP montre un engagement auprès des artistes et que d’autres formes de collaboration sont possibles.»

matali crasset, adhérente à l’ADAGP, membre du jury de la Révélation Design 2019

 

« C’est en 2006 à l’occasion de la sortie d’un de mes livres que sur les conseils de mon éditeur, j’ai rejoint l’ADAGP. Bien que représenté à l’époque par une agence (Vu) j’ai rapidement apprécié l’écoute et la disponibilité des conseillers, que ce soit en matière juridique, en gestion des droits d’auteur ou pour la rédaction de contrats… En rejoignant la commission photo il y a deux ans, j’ai réalisé l’étendue et la complexité des nouveaux problèmes que doivent affronter désormais les auteurs d’images suite à l’explosion du numérique, et c’est en se regroupant, en étant solidaires que les artistes pourront faire face à ces nouveaux défis ! l’ADAGP est là pour les accompagner et les écouter. »

Alain Bizos, adhérent à l’ADAGP depuis 2006 et membre de la commission Photographie de l’ADAGP

 

« J'ai participé à un Atelier Pro sur le contrat d’édition organisé par l’ADAGP. Nous étions six :  4 auteurs et autrices, une représentante de l’ADAGP et un expert. Nous avons pu poser toutes nos questions, avoir une remise à niveau sur les bases du droit d’auteur et surtout des cas pratiques. On a parlé de la négociation des contrats avec l’association @central_vapeur puis des aspects juridiques avec le juriste du SNAC. C’était ultra intéressant et formateur !

L’ADAGP, c’est l’organisme de gestion collective qui va percevoir des droits pour tes créations visuelles. Si tu es un auteur ou une autrice qui génère du droit d’auteur, je ne peux que te conseiller de t’y inscrire. Il redistribue les droits (primaires et collectifs) à leurs adhérents. Entre nous, on appelle ça « l’argent magique » parce qu’il tombe sans qu’on le demande ! »

Cyadhérente à l’ADAGP depuis 2019 et participante à l’Atelier Pro « Comprendre son contrat d'édition pour mieux le négocier »