You are here

[9 enjeux pour les arts visuels] Pour l’incitation à la création d’ateliers et de résidences d’artistes dans les collectivités territoriales

21/06/2022
[9 enjeux pour les arts visuels] Pour l’incitation à la création d’ateliers et de résidences d’artistes dans les collectivités territoriales

En 2022, l’ADAGP soumet 9 propositions pour la scène artistique française, à destination du nouveau mandat présidentiel, des députés et du nouveau gouvernement.

 

 

 

 

 

Enjeu n°6 : Instauration de mesures de soutien au développement des artothèques

 

Les artothèques, telles que définies dans la charte des artothèques de l’Association de développement des artothèques (ADRA), sont des institutions qui offrent « à chacun la possibilité de découvrir les œuvres d’art contemporain, mais plus encore de vivre avec elles, dans l’intimité quotidienne d’un lieu de vie ou de travail ». C’est la combinaison de leurs missions de conservation et de diffusion de l’art contemporain et du « dialogue entretenu avec les emprunteurs » qui « permet aux artothèques d’être au plus près de leur double objectif de soutien à la création et de sensibilisation des public ». Bien que ces entités soient souvent petites et assez fragiles, toutes assurent a minima une fonction de prêt d’œuvres qui fonde leur identité15.

Les artothèques jouent donc un rôle essentiel, tant dans le soutien apporté aux artistes par la diffusion et la valorisation de leurs créations que dans la démocratisation de l’accès à l’art. Il est donc primordial de leur fournir tous les moyens nécessaires à leur implantation dans les territoires et au développement de leurs actions. A ce titre, le rapport précité avait identifié certaines mesures susceptibles d’être mises en œuvre, en proposant notamment aux DRAC de circonscrire le paysage des artothèques du service public afin d’inciter et accompagner leur structuration à partir de projets artistiques et culturels identifiés.

 

Objectifs :

 - Augmentation significative de l’aide de l’Etat aux investissements des bibliothèques territoriales (via la dotation générale de décentralisation) afin de financer le développement d’artothèques au sein de ces établissements.

- Affectation d’une partie des financements perçus par le Centre national des arts plastiques (CNAP) grâce à la taxe sur les expositions d’œuvres du domaine public (cf. fiche n°8) à l’aide au développement des artothèques.

 

>> Voir l'enjeu précédent "Pour la mise en place de dispositifs favorisant l’acquisition d’œuvres d’artistes vivants de la scène française"

 

-------

 

15 Annie Chevrefils Desbiolles, « Etude l’artothèque comme média. Les artothèques : une expérience originale de démocratisation de l’art dans un écosystème artistique en recomposition », rapport n°SIE 2017 011, Ministère de la Culture, Direction générale de la création artistique, Service de l’inspection de la création artistique, décembre 2016, p.3.

 

 

 

Pourquoi 9 enjeux pour les arts visuels ?

Dans leur rapport consacré au panorama des industries culturelles et créatives en France paru en 2019, France Creative et EY ont constaté qu’en 2018, le secteur des arts visuels a généré 23,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires, faisant de lui le premier secteur culturel français (devant la musique et le cinéma qui ont respectivement généré 9,7 et 3,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires)1.

Pourtant, des études récentes montrent que les financements publics consacrés aux arts visuels ne sont pas toujours représentatifs du poids de ce secteur dans la culture. A titre d’exemple, en 2019, les communes n’ont alloué que 2% de leurs dépenses culturelles aux arts plastiques2.

Il est par ailleurs rappelé que les artistes des arts visuels ne bénéficient pas du mécanisme de soutien protecteur des artistes que représente le régime de l’intermittence et que la multitude de TPE du secteur des arts visuels, constituant un élément essentiel du maillage territorial, a été très fortement touchée par la crise sanitaire et les confinements qui en ont découlé. Une fois encore, les arts visuels ont été le parent pauvre de la politique de relance, se voyant attribuer 13,1 millions d’euros, soit seulement 3% des crédits consacrés au redressement de la création 3.

Dès lors, plus que jamais, l’ADAGP interpelle les pouvoirs publics et soumet des propositions de soutien de la scène artistique française, pour la plupart issues de mesures qui ont fait leurs preuves dans d’autres secteurs culturels et dont le bénéfice pour les créateurs concernés n’est plus à démontrer.

 

>> Consulter les 9 enjeux

 

-------

 

1 France Creative et EY, L’économie mosaïque, 3ème panorama des industries culturelles et créatives en France, novembre 2019.

2 Chiffres clés 2021, statistique de la culture et de la communication, ministère de la Culture, département des études, de la prospective et des statistiques.

3 Rapport d’information fait au nom de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication sur la répartition territoriale des moyens alloués à la création, par Mmes Sonia de La Prôvoté et Sylvie Roberto, sénatrices, enregistré à la présidence du Sénat le 3 novembre 2021, p.11-12.

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !